Fort Erie RONA icon-arrow-down
  • icon-wishlist
  • icon-cart
Détails

Choisir la bonne toilette

Bien qu'il existe plusieurs types de toilettes, la plupart fonctionnent sur le même principe : l'eau, stockée dans un réservoir, s'écoule à la cuvette lorsque la manette de chasse est actionnée. Voici un tour d'horizon des composantes et caractéristiques à considérer lors de l'achat d'une toilette résidentielle, afin qu'elle convienne à votre ménage, votre budget et son environnement.

Les principaux modèles de toilette

Une toilette conventionnelle est composée d'une cuvette et d'un réservoir. Les principaux modèles sont les toilettes monobloc, deux pièces et murales. En voici les principales caractéristiques.

Sur la toilette monobloc - 1 - (ou une pièce), le réservoir et la cuvette sont fusionnés sans joint, ce qui minimise les risques de fuite et facilite le nettoyage. Plus facile d'installation qu'une toilette deux pièces, elle offre un style plus urbain et épuré.

La toilette deux pièces - 2 - est le modèle le plus commun. Elle est munie d'un réservoir et d'une cuvette séparés. Généralement moins coûteuse qu'un modèle monobloc, elle convient à toutes les bourses. Comme il s'agit d'un modèle populaire, il est plus facile de trouver des pièces de remplacement.

La toilette murale s'installe avec un support au mur et le réservoir est inséré dans une cloison. Plus silencieuse que les autres modèles, elle occupe environ 10 po de moins qu'une toilette conventionnelle. Le lavage du plancher et de la cuvette est plus facile et ce modèle est idéal pour une personne à mobilité réduite. Il est par contre plus coûteux à l'achat et à l'installation.
Toilette monobloc
-1-
Toilette deux pièces
-2-

Les composantes d'une toilette

Même si on l'utilise chaque jour, on connaît peu les composantes d'une toilette et leur rôle respectif. On vous les présente ici.

1. Réservoir

Les toilettes sont soit doublées (isolées) ou non doublées. La doublure isolante aide à prévenir la condensation qui peut se former à l'extérieur du réservoir lors des mois d'été chauds et humides. Un réservoir doublé n'est peut-être pas nécessaire si votre maison est climatisée, si l'air intérieur est relativement sec et si l'eau municipale ou celle du puits n'est pas trop froide.

Certains modèles n'utilisent pas l'eau du réservoir complètement lorsque la chasse d'eau est activée et, par le fait même, le choc thermique est moins grand et cela prévient la condensation sans avoir besoin de l'isolation.

2. Cuvette

Il existe deux types de cuvettes. La cuvette de forme ronde est idéale dans les endroits restreints. La cuvette de forme allongée offre un confort accru grâce à une plus grande assise, ainsi qu'une meilleure puissance de chasse.

La hauteur varie entre 14 po (365 mm) et 16 ¼ po (413 mm) pour une toilette standard, l'idéal pour les gens de petite taille. Il existe des modèles ayant une cuvette entre 16 po (406 mm) et 17 po (432 mm) de hauteur pour les gens de grandes tailles ou à mobilité réduite. Quant au modèle mural, il peut être installé à la hauteur désirée.

3. Manette de chasse

La manette de chasse peut être située sur le dessus, sur le côté ou sur la partie avant du réservoir, ou même encastrée sur le mur pour les modèles de toilette murale. Prévoyez un dégagement sur le réservoir pour les manettes situées sur le dessus.

Des manettes de chasse sans contact sont aussi offertes sur le marché. Le passage de la main devant un lecteur optique déclenche la chasse d'eau sans même y toucher. Ceci évite la transmission de germes.

Le dispositif et la performance de chasse
  • De plus en plus de modèles sont munis d'un dispositif de chasse permettant de réduire la consommation d'eau. Si les toilettes standards utilisent environ 13,2 litres d'eau par chasse, les nouvelles toilettes effectuent le même travail avec 4,8 litres.
  • Les toilettes munies de double chasse vous donnent le choix du volume d'eau à utiliser pour la chasse. En choisissant le bouton de chasse approprié, l'utilisateur a le choix entre une chasse de 6 litres (pour l'élimination des déchets solides) ou de 3 litres.

4. Clapet

Sur presque toutes les toilettes, le clapet (ou siège de soupape) a un diamètre de 2 po ou 3 po. En général, un clapet de 3 po de diamètre permettra à l'eau de s'évacuer du réservoir beaucoup plus rapidement, procurant ainsi un meilleur rendement.

5. Tuyau d'alimentation en eau

Généralement d'un diamètre de 3/8 de pouce, flexible et gainé d'acier inoxydable, le tuyau d'alimentation amène l'eau propre vers le réservoir.

6. Robinet d'arrêt

Le robinet d'arrêt d'alimentation permet de couper l'arrivée d'eau de la toilette seulement si nécessaire. Pratique pour réparer ou remplacer la toilette sans avoir à couper l'alimentation principale de la maison.

7. Bague de cire

La bague de cire (ou beignet de cire) assure l'étanchéité de la toilette au niveau du renvoi d'eau. Elle est offerte avec ou sans collet de plastique.

Des odeurs désagréables ou de l'humidité autour de la base de la toilette sont des signes que la bague de cire est usée et devrait être remplacée.

8. Base

Partie qui repose sur le plancher, la base de porcelaine de la toilette a une fonction pratique et esthétique. Adaptée au style de la toilette, elle est généralement lisse et peut se nettoyer facilement.

Les toilettes murales ne possèdent pas de base.

9. Siège

Installé sur la cuvette, le siège de toilette (communément appelé « bol de toilette ») se remplace facilement au besoin. Muni d'un couvercle, il est souvent en plastique blanc, mais on retrouve aussi des sièges colorés, faits d'autres matériaux comme le bois ou rembourrés, pour plus de confort.

On retrouve aussi sur le marché des sièges de toilette à fermeture lente ou encore équipés d'autres gadgets comme des veilleuses.

Les sièges, tout comme les cuvettes, sont offerts en forme ronde ou allongée. Lors du remplacement de votre siège, assurez-vous de choisir le format approprié.

10. Flotteur

Le flotteur joue un rôle crucial puisqu'il régule la montée de l'eau dans le réservoir.

Le flotteur est composé en fait de trois parties : une tige qui relie la chasse au flotteur qui lui, est connecté à une valve. Après avoir tiré la chasse, le flotteur remonte à mesure que le réservoir se remplit et une fois la quantité déterminée pour une chasse atteinte, la valve referme l'ouverture et arrête la montée de l'eau.

Une toilette dont l'eau coule dans la cuvette sans arrêt est souvent signe d'une défaillance du flotteur ou de ses composantes.

Comment ça fonctionne

Outre le rôle de chacune des composantes, le principe de fonctionnement d'une toilette est relativement simple.

Le transport de l'eau

La plupart des toilettes fonctionnent par gravité : l'eau s'écoule par gravité du réservoir à la cuvette. L'eau est ensuite aspirée de la cuvette par effet de siphon et s'écoule dans le tuyau d'évacuation jusqu'à l'égout.

Dans le cas des modèles à pression de renfort, l'eau sous pression provoque une action de chasse assistée dans la cuvette.

Les toilettes à gravité et les toilettes à pression de renfort offrent une puissance de chasse relativement équivalente. Le choix final est donc davantage une question de préférence personnelle plutôt que d'efficacité.

L'action siphonique ou directe

La plupart des modèles de toilette sont à action siphonique, utilisant le siphon naturel créé par la chasse d'eau dans la toilette afin d'aspirer les déchets hors de la cuvette. Plus le siphon de la toilette est petit, plus il est aisé de créer la succion requise. En revanche, le passage des déchets est plus difficile.

Quant à elles, les toilettes à chasse directe utilisent l'eau qui entre dans la cuvette pour pousser les déchets à travers le siphon. Puisque ces toilettes ne dépendent pas uniquement de l'action siphonique, le diamètre de leur siphon peut être beaucoup plus gros. Quelques désavantages toutefois : elles ont tendance à présenter une plus faible surface mouillée dans la cuvette et exigent donc un nettoyage plus fréquent.

Le test MaP

Le test MaP représente le nombre de grammes de déchet solide qu'une toilette peut éliminer complètement en une seule chasse d'eau.

La pression concurrentielle pour améliorer la performance des toilettes a donné lieu à des centaines de modèles très performants. En 2003, le score moyen de MaP de toutes les toilettes testées était de 336 grammes (12 onces), alors qu'en mars 2017, le score moyen de 2 500 modèles différents de toilettes a plus que doublé pour atteindre 882 grammes (31 onces).

Les toilettes à broyeur ou à macération

Plusieurs contraintes physiques peuvent compliquer l'installation d'une toilette. S'il est trop coûteux ou impossible de réaliser une tuyauterie conventionnelle, tournez-vous vers une toilette à broyeur ou à macération, qui a l'avantage d'une tuyauterie hors sol. Elle permet d'installer une toilette sans modification majeure.

L'installation : comment faire ?

L'installation d'une toilette monobloc ou deux pièces est très facile, surtout si vous n'avez pas à déplacer les conduits d'alimentation et de drainage.

Si vous effectuez l'installation vous-même, vous aurez besoin d'un tournevis plat, d'une clé à molette, d'une scie à métaux, d'un couteau à mastic, de calfeutrage contre les moisissures et d'un ruban.

L'installation des modèles muraux est toutefois plus difficile. Il faut prévoir les dégagements requis pour pouvoir faire l'installation du réservoir et du dispositif de chasse dans une cloison.

Pour le détail de l'installation, suivez toujours les indications du fabricant.

Si jamais vous ne voulez pas vous occuper de l'installation de votre toilette, vous pouvez toujours faire affaires avec des professionnels.

Conseil de pro


Watersense

Pour un choix environnemental, recherchez l'étiquette WaterSense.
Les toilettes homologuées WaterSense utilisent au minimum 20% moins d'eau que les modèles traditionnels et ont un impact positif sur l'environnement.

Quelques accessoires utiles

Les modèles se vendent avec ou sans abattant (siège de toilette). Les abattants sont offerts dans une variété de matériaux (bois, plastique et vinyle), de forme et de couleurs.

Il existe sur le marché des abattants à fermeture graduelle, dont la fermeture automatique est plus silencieuse que celle des abattants conventionnels.

Vous pouvez aussi opter pour un abattant antimicrobien, qui empêche la prolifération des bactéries. Le principe est simple : lors de la fabrication, un antibactérien est intégré à l'abattant.

Produits recommandés

Voir toutes les toilettes